Ouvrir le menu principal

Estonie

Estonie
Estonia.png
Capitale:
Tallinn

Type de gouvernement:
Régime autoritaire

Faction:
Neutre

L’Estonie est l'un des trois états baltes, avec la Lettonie et la Lituanie : c'est celui des trois pays qui est situé le plus au nord, le long de la mer Baltique. Doté d'une faible armée et d'une puissance industrielle très limitée, ce pays est frontalier de la Lettonie et, surtout, de l'Union soviétique qui est susceptible d'imposer un ultimatum pour revendiquer son territoire. Résister au géant soviétique s'annonce être un défi de taille pour la faible Estonie. Comme les autres pays baltes, l'Estonie peut être invitée à rejoindre la faction de la Pologne, si celle-ci décide de la fonder.

Sommaire

Contexte historique

Comme les autres Pays-Baltes, l'Estonie avait fait partie de l'Empire russe jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, et, comme eux, elle fut considérée comme relevant de la sphère soviétique dans le cadre du pacte Molotov-Ribbentrop de 1939. L'URSS menaça alors l'Estonie de guerre si elle n'acceptait pas un pacte de coopération militaire qui impliquait la création de bases soviétiques sur son territoire et, certaine de ne pas pouvoir résister, l'Estonie accepta. En juin 1940, l'URSS déclencha un coup d'état qui conduisit à l'instauration de la République socialiste soviétique d'Estonie, qui rejoignit l'URSS au mois d'août.

En 1941, l'Estonie fut occupée par l'Allemagne dans le cadre de l'opération Barbarossa. Lorsque les troupes soviétiques approchèrent à nouveau, de nombreux Estoniens s'engagèrent dans l'armée allemande pour lutter contre les communistes. Finalement, en 1944, l'URSS récupéra et annexa l'Estonie, qui resta république soviétique jusqu'en 1991, dirigée d'une main de fer par le parti communiste estonien.

Technologie

Technologies militaires Technologies navales Technologies aériennes Électronique et industrie Doctrines
  • Armes légères I
  • Canon
  • Canon antiaérien
  • Destroyer I
  • Sous-marin I
  • Coque de destroyer de base
  • Coque de sous-marin de base
  • Torpille
  • Artillerie de marine
  • Mine à contact
  • Mouillage de mines sous-marin
  • Chasseur de l'entre-deux-guerres

L'Estonie ne dispose que d'armes légères modernes, d'un peu d'artillerie, de sous-marins et destroyers datés, et de chasseurs également obsolètes. Ses trois emplacements de recherche peuvent lui permettre de compenser en partie son retard, et ses priorités nationales génériques peuvent lui en fournir deux de plus.

Politique

Partis politiques

Parti politique Idéologie Popularité Chef du parti Au pouvoir ?
Isamaaliit   Non aligné 60% Konstantin Päts Oui
Rahvuslik Keskerakond   Démocratique 20% Dirigeant aléatoire Non
Eesti Vabadussõjalaste Liit   Fasciste 15% Dirigeant aléatoire Non
Eestimaa Kommunistliik Partei   Communiste 5% Dirigeant aléatoire Non

Diplomatie

L'Estonie est un pays non-aligné et bénéficie d'un bonus diplomatique envers les pays de cette idéologie. Elle est encerclée par la Lettonie et l'Union soviétique, cette dernière disposant de priorités nationales pour l'annexer. Sa seule chance de garder son indépendance est de résister militairement, ce qui semble bien illusoire vu les différences de puissance entre les deux pays.

Comme les autres pays baltes, elle peut être invitée par la Pologne à rejoindre sa faction, même si ces pays peineront à résister à des attaques sans aide supplémentaire.

Priorités nationales

 
L'arbre des priorités nationales génériques.

L'Estonie utilise l'arbre des priorités nationales génériques, qui est divisé en cinq grandes sections :

  • La section militaire fournit de l'expérience terrestre et des bonus de recherche pour les technologies et doctrines terrestres.
  • La section aérienne fournit de l'expérience aérienne, des bases gratuites et des bonus de recherche pour les nouveaux avions et les doctrines aériennes.
  • La section maritime fournit de l'expérience maritime, des bonus de recherche pour les modèles de navires et les doctrines navales, et des chantiers navals gratuits.
  • La section industrielle fournit des usines civiles et militaires gratuites, ainsi que des infrastructures, des bonus de recherche dans les domaines industriels et de pointe, et des emplacements de recherche supplémentaire.
  • La section politique permet de gagner du poids politique, puis de choisir une famille idéologique et des bonus permettant de la renforcer. Les parcours pouvant être choisis sont le fascisme, le communisme, la neutralité et l'interventionnisme démocratique. L'Estonie étant au départ non-alignée, elle peut choisir n'importe laquelle de ces voies sans difficultés.

Économie

Lois

Lois de conscription Législation économique Législations commerciales

  Service militaire court

  Économie civile

  Économie exportatrice

2,5 % de population recrutable

35% d'usines de biens de consommation
-30% vitesse de construction des usines
+30% coût de conversion des usines
Carburant produit par unité de pétrole : -40%
Réserves de carburant : -25%

50 % des ressources pour l'exportation
+5% de vitesse de recherche
+10% Production des usines
+15% vitesse de construction

L'Estonie débute avec une loi de conscription plus large que la plupart des pays, ce qui ne l'empêche pas de n'avoir accès qu'à 9 000 hommes. Ses lois commerciales et économiques sont bien plus classiques, ce qui mobilise deux de ses trois usines civiles.

Usines

Usines en 1936
 
1 Usine militaire
 
0 Chantier naval
 
3 Usines civiles

L'industrie estonienne est très limitée : le pays ne dispose que d'une usine militaire pour produire ses armes légères, et seules deux usines civiles peuvent servir aux constructions ou importations. Seules les priorités nationales du pays peuvent donc lui permettre de s'industrialiser.

Ressources

Total des ressources en 1936
 
Pétrole
 
Caoutchouc
 
Acier
 
Aluminium
 
Tungstène
 
Chrome
0 0 3 0 0 0

L'Estonie ne produit que trois unités d'acier, insuffisantes pour sa production initiale d'armes. C'est donc un pays très pauvre en ressources et qui nécessite d'importer le nécessaire pour son industrie.

Armée

Forces terrestres

3  Divisions d'infanterie

L'armée estonienne est extrêmement limitée, avec seulement trois divisions de six bataillons d'armes légères. Elle ne dispose par ailleurs que de peu d'hommes pour compléter ses effectifs, et est mal équipée. Sans aide, il lui sera donc impossible de résister à son voisin russe.

Flotte

Malgré sa grande façade maritime, l'Estonie ne dispose d'aucune flotte.

Aviation

Aviation en 1936
 
18 Chasseurs

Les 18 chasseurs estoniens sont datés, et en nombre très insuffisant pour véritablement remplir des objectifs militaires. De plus, la faible production industrielle peut rendre difficile l'accroissement de l'aviation du pays.


Europe

  Albanie   Autriche   Belgique   Bulgarie   Danemark   Espagne   Estonie   Finlande   France   Grèce   Hongrie   Irlande   Italie   Lettonie   Lituanie   Luxembourg   Norvège   Pays-Bas   Pologne   Portugal   Reich allemand   Roumanie   Royaume-Uni   Slovaquie   Suède   Suisse   Tchécoslovaquie   Turquie   Union soviétique   Yougoslavie

Amérique du Nord

  Canada   Costa Rica   Cuba   République dominicaine   États-Unis   Guatemala   Haïti   Honduras   Mexique   Nicaragua   Panama   Salvador

Amérique du Sud

  Argentine   Bolivie   Brésil   Chili   Colombie   Équateur   Paraguay   Pérou   Uruguay   Venezuela

Asie

  Afghanistan   Arabie saoudite   Bhoutan   Chine   Chine communiste   Clique du Guangxi   Indes néerlandaises   Iran   Irak   Japon   Malaisie britannique   Mandchoukouo   Mengkukuo   Mongolie   Népal   Oman   Philippines   Raj britannique   Shanxi   Siam   Tannou-Touva   Tibet   Xibei San Ma   Xinjiang   Yémen   Yunnan

Afrique

  Afrique du Sud   Éthiopie   Liberia

Océanie

  Australie   Nouvelle-Zélande