Guerre aérienne

De Hearts of Iron 4 FR Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La guerre aérienne consiste à déployer des escadrilles aériennes en mission dans les régions aériennes pour mener des opérations offensives ou défensives afin de soutenir l'effort de guerre au sol ou en mer. Les missions aériennes vont de l'acquisition de la supériorité aérienne dans un espace donné grâce aux chasseurs au bombardement des troupes et navires ennemis, ainsi qu'à la destruction des bâtiments ennemis pour saper sa production. De plus, le combat aérien s'avère nécessaire pour larguer les puissantes bombes atomiques.

Pour être mené à bien, un combat aérien nécessite des unités aériennes ainsi que des bases d'où elles puissent partir en mission. Du fait de leur impact à la fois sur terre et sur mer, les batailles aériennes sont un élément crucial du jeu et ne doivent pas être négligées.

Unités aériennes et missions

Article principal : Unités aériennes
L'arbre standard des technologies aériennes présente les différents types d'avions du jeu.

Les unités aériennes sont réparties en sept types :

  • Les chasseurs, petits et agiles, servent à abattre les appareils ennemis.
  • Les chasseurs lourds, plus armés que les précédents, mais moins maniables, ont une portée supérieure et peuvent servir à escorter des bombardiers en territoire ennemi.
  • Les avions d'appui aérien rapproché sont spécialisés dans les frappes de précision, principalement contre les troupes au sol, mais également contre les navires ennemis.
  • Les bombardiers navals sont spécifiquement conçus pour attaquer les navires ennemis, qu'ils soient en mer ou au port.
  • Les bombardiers stratégiques, à longue portée et lourdement armés, sont conçus pour détruire les bâtiments ennemis.
  • Les bombardiers tactiques cumulent les fonctions de l'appui aérien rapproché et des bombardiers stratégiques, avec moins d'efficacité mais plus de polyvalence, ce qui les rend particulièrement utiles pour les pays à faible capacité industrielle.
  • Les avions de transport peuvent parachuter des troupes, mais aussi du ravitaillement. Ces avions ne sont liés à aucune technologie et peuvent être construits par tous.
Lorsqu'une escadrille est sélectionnée, les boutons correspondant aux missions qu'elle peut effectuer apparaissent en orange.

Les avions peuvent effectuer des missions spécifiques selon leur type, chacune ayant un effet propre :

  • Supériorité aérienne (chasseur et chasseur lourd) : attaque en priorité les chasseurs ennemis en mission de supériorité aérienne, mais peut aussi escorter les bombardiers et intercepter ceux de l'ennemi. Si la supériorité aérienne est acquise, un bonus est donné aux troupes terrestres combattant dans la région.
  • Soutien au sol (appui aérien rapproché et bombardier tactique) : l'escadrille attaque directement les unités ennemies engagées en combat, leur causant des dégâts et diminuant leur organisation.
  • Interception (chasseur et chasseur lourd) : attaque les bombardiers ennemis pour les empêcher d'accomplir leur mission. La portée et la solidité des chasseurs lourds en fait des avions parfaitement adaptés pour escorter et intercepter des bombardiers. Une escadrille en mission d'interception n'attaque jamais les chasseurs ennemis.
  • Bombardement stratégique (bombardier tactique et bombardier stratégique) : attaque les bâtiments ennemis : usines, infrastructures, armes antiaériennes, bases navales, bases aériennes, etc. Si une base aérienne est bombardée, il y a une chance d'y détruire quelques avions.
  • Frappe navale (appui aérien rapproché et bombardier naval) : attaque les navires ennemis en mer.
  • Frappe kamikaze : Mission spéciale débloquée par une priorité nationale (arbres du Japon, de l'Union soviétique et arbre des priorités génériques) : elle fait tout pour infliger un maximum de dégâts aux cibles navales, au prix de l'avion.
  • Attaque portuaire (appui aérien rapproché et bombardier naval) : attaque les navires ennemis abrités dans une base navale. Ne s'attaque pas aux installations portuaires, la base navale ne pouvant être endommagée que par un bombardement stratégique. Cette opération nécessite d'avoir la supériorité aérienne dans la région où se trouve le port (donc dans la zone stratégique aérienne située au-dessus des terres).

Waking the Tiger ajoute une mission aérienne supplémentaire :

  • Ravitaillement aérien (avions de transport) : parachute du ravitaillement dans une zone pour accroître sa capacité de soutien. Cette mission consomme de la puissance de commandement tant qu'elle est active, mais peut permettre d'approvisionner des troupes piégées dans une poche sans voie de ravitaillement classique.

Déploiement des unités

Escadrilles

Dans Hearts of Iron IV, les escadrilles sont des groupes d'avions qui forment les unités de base du combat aérien. Elles se forment à partir du volet de base aérienne, auquel on accède en cliquant sur une de ces bases. Former une escadrille nécessite d'avoir des avions en stock, ainsi que des réserves d'hommes pour leur affecter des pilotes. Une escadrille peut contenir entre 1 et 1 000 avions du même type. Une fois formée, une escadrille peut être modifiée, déplacée de base en base, et affectée à des missions dans une zone stratégique. Les missions disponibles diffèrent selon le type d'avions qui la composent.

Le volet « armée de l'air » permet de passer en revue toutes les escadrilles. On y accède en cliquant sur le bouton correspondant, en haut à droite de l'écran.

Les escadrilles sont affectées à une zone stratégique, qui comprend un certain nombre d'états ou de provinces navales, et peut s'étendre à une assez grande surface, par exemple tout le Nord de la France. Une fois qu'elle est affectée à une région, il est possible d'activer une ou plusieurs missions à une escadrille. En revanche, une escadrille ne peut être affectée qu'à une région à la fois. La plupart des régions aériennes ne recouvrent que de la terre, ou que de la mer, mais certaines recouvrent les deux, notamment dans les îles du Pacifique. Le type de terrain d'une région aérienne affecte les missions qui peuvent être assignées dans celle-ci : par exemple, il est logiquement impossible de bombarder des flottes dans une région terrestre, ou des bâtiments dans une région maritime...

Le mode de carte « carte stratégique aérienne » permet d'obtenir des informations sur les zones stratégiques aériennes et les combats qui s'y déroulent.

Lorsqu'une escadrille est créée, il faut plusieurs jours pour que les avions arrivent dans la base aérienne à laquelle ils sont affectés. Il est possible de lui assigner une mission dès sa formation, mais celle-ci ne débutera qu'à l'arrivée des avions. Il est possible de modifier la taille d'une escadrille déjà déployée en sélectionnant quelle doit être sa limite de remplacement. Cette limite représente le nombre d'avions affectés à l'escadrille lorsqu'elle est pleinement équipée. Si son nombre d'avions est inférieur (à cause d'accidents ou de défaites, par exemple), de nouveaux avions seront affectés à l'escadrille tant qu'il en restera en stock. S'il n'y en a pas, les remplacements auront lieu quand des avions du bon type sortiront des lignes de production.

Deux escadrilles d'avions du même type peuvent être fusionnées si elles se trouvent dans la même base aérienne. À l'inverse, il est également possible de scinder en deux parts égales une escadrille. Un bouton « Réorganiser l'escadrille » est également disponible dans l'interface de base aérienne, permettant de réarranger les appareils en plusieurs groupes. Enfin, une escadrille peut être démantelée. Ses appareils et pilotes rejoignent alors les réserves du pays et peuvent à nouveau être déployés ailleurs.

Dans Hearts of Iron IV, les escadrilles n'ont pas de commandant et ne peuvent pas être renommées. Elles peuvent en revanche gagner un as au combat ou s'en faire affecter un, ce qui augmente ses statistiques.

Bases aériennes et porte-avions

Icône de la base aérienne de l'état de Kanto au Japon (en haut) et flotte contenant des porte-avions stationnée dans le même état (en bas).

Les bases aériennes sont des bâtiments construits à l'échelle d'un état et qui peuvent être construits ou réparés depuis le volet de construction.

Capacité

Chaque niveau de base aérienne peut contenir sans pénalités jusqu'à 200 avions. Le niveau maximum d'une base est 10, pour un maximum de 2 000 avions. Les bases terrestres peuvent accueillir tous les types d'avions, y compris ceux qui sont destinés à servir sur un porte-avions.

La capacité d'une base aérienne se partage entre les alliés qui désirent l'utiliser. La bulle d'information affichée en survolant la base avec la souris indique combien d'avions y sont basés, leur pays et leur type. Cliquer sur la base permet d'ouvrir son volet, qui permet au joueur d'y déployer et gérer ses escadrilles. Dans l'image ci-dessous, on peut voir que la base de Kanto est de niveau 6 et a donc une capacité de 1 200 avions, et que 252 appareils s'y trouvent actuellement.

En cliquant sur une base aérienne, la carte passe en mode « carte stratégique aérienne » et le volet de la base aérienne sélectionnée s'ouvre, permettant de voir et gérer les escadrilles qu'elle contient.

Si le total d'avions est de 250 dans une base de niveau 1 (conçue pour 200 appareils), alors les escadrilles reçoivent une pénalité de - 50% d'efficacité de mission. Avec 300 avions, la pénalité serait de -100 %. Il est donc fortement recommandé de ne pas les surcharger.

Une base aérienne peut être endommagée par les missions de bombardement stratégique. Les dégâts réduisent la capacité de la base jusqu'à ce qu'elle soit réparée. En infligeant assez de dégâts à une base aérienne ennemie, il est ainsi possible de clouer ses appareils au sol pendant quelques temps.

Capture par l'ennemi

Quand une base aérienne est prise par l'ennemi, lorsque ses divisions prennent le contrôle de l'état où elle se trouve, les escadrilles sont automatiquement redéployées dans une autre base sous contrôle allié. Si la nouvelle base est toujours à portée, les escadrilles poursuivent leurs missions. L'efficacité est ajustée en conséquence, selon la nouvelle zone d'action des avions. Si leur mission n'est plus à portée de la nouvelle base, les avions achèveront celle qu'ils sont en train d'accomplir, puis iront stationner dans leur nouvelle base, où le joueur (ou l'IA, le cas échéant) peut leur assigner une nouvelle tâche.

Flottes de porte-avions

Une flotte pourvue de porte-avions peut fonctionner comme une base aérienne flottante. Seuls les modèles d'avions conçus pour les porte-avions peuvent y être affectés. Le nombre d'avions pouvant y être alloués sans pénalité dépend de la surface du pont des porte-avions de la flotte. Ils sont bien plus petits que les aérodromes flottants, allant d'une capacité de 45 appareils (modèles de 1922) à 85 (modèles de 1944), ce nombre pouvant être accru de 31 en créant une variante possédant l'amélioration du pont d'envol de niveau 5.

Pour qu'une flotte serve comme une base à terre, elle doit avoir jeté l'ancre. Si elle est en mission, alors ses escadrilles accomplissent une mission spécifique aux porte-avions, en ne faisant que prendre part aux combats impliquant leur flotte. Si la flotte est stationnaire, alors ses escadrilles peuvent servir comme si elles disposaient d'une base terrestre et être affectées à une zone stratégique : cela peut être très pratique pour soutenir une invasion amphibie depuis les airs.

Le volet de flotte de porte-avions.

Le volet de flotte de porte-avions est similaire à celui des bases aériennes, si ce n'est qu'il liste les escadrilles sous le nom des porte-avions de la flotte. Dans le cas ci-dessus, les deux escadrilles se trouvent sur le porte-avions Ryujo au sein d'une flotte nommée 1 Koku Sentai. Les escadrilles sont au repos, car la flotte est stationnaire dans une base navale : elles peuvent donc être affectées à une mission classique dans une zone stratégique aérienne.

Efficacité des missions et portée aérienne

Chaque escadrille peut être affectée à une unique zone stratégique aérienne, où elle peut accomplir les missions disponible pour son type d'appareils. Une fois l'escadrille sélectionnée dans sa base, un clic droit sur la zone voulue l'y assigne. Un clic gauche sur ladite région permet de voir le nombre d'appareils affectés à cette zone, leurs conditions de vol et leurs succès.

Chaque escadrille peut recevoir une mission. Appuyer sur la touche F3 ouvre le mode de carte stratégique aérienne, qui indique si le pays du joueur dispose de la supériorité aérienne dans la région (en la surlignant de vert), si l'ennemi y est supérieur (en la teintant de rouge), ou si la supériorité est disputée (jaune). Le pourcentage de couverture aérienne pour les avions qui n'ont pas assez de portée pour atteindre toute la région est affiché dans le volet de la région : une icône apparaît à côté de chaque escadrille :

  • Verte si l'efficacité de la mission est de 100 %, et donc que la couverture est totale.
  • Jaune si l'efficacité est inférieure à 100%, mais supérieure à 50 %.
  • Rouge si l'efficacité de la mission est inférieure à 50 %.

L'efficacité de la mission peut être affectée par la capacité de la base aérienne et les pénalités dues aux conditions météorologiques. Une infobulle au survol de l'icône rouge ou jaune permet de confirmer si l'escadrille est capable de couvrir l'intégralité de la région. La portée des appareils apparaît lorsqu'une escadrille est sélectionnée. Moins la portée de l'escadrille recouvre la région ciblée, moins la mission sera efficace.

Par ailleurs, une escadrille récemment affectée à une mission reçoit une pénalité d'efficacité de -90%, pénalité qui décroît progressivement chaque heure. Il faut ainsi quelques jours à une escadrille récemment déplacée pour atteindre son plein potentiel.

Sélectionner des escadrilles affiche leur portée. Ici, seuls les bombardiers tactiques peuvent couvrir toute la zone ; les avions d'AAR n'en couvrent que 60%, et les chasseurs que 50%. Qui plus est, dans ce cas précis, le mauvais temps pénalise toutes les escadrilles de 10% supplémentaires.

Plus l'efficacité de mission est basse, moins celle-ci a de chances de réussir : les escadrilles causeront moins de dégâts à leurs cibles, et sont plus susceptibles d'en subir, voire d'être abattues par les avions ennemis ou des tirs antiaériens. Choisir une autre mission ou envoyer plus d'avions peut-être envisagé, mais le facteur le plus important est le rayon d'action, et donc la base aérienne qui est utilisée. Toutes les escadrilles contenant des modèles anciens d'avions légers (chasseurs, appui aérien rapproché, bombardiers navals) auront une faible portée s'ils sont basés hors de leur région d'opération, à moins que la base soit très proche de la frontière de la zone.

Si aucune base n'est suffisamment proche la région à attaquer par le joueur, celui-ci fait face à un désavantage considérable face à ses ennemis. Il est alors conseillé de :

  • Privilégier des bombardiers tactiques pour se charger des missions d'appui aérien au lieu des avions d'appui aérien rapproché, et d'utiliser des chasseurs lourds pour profiter de leur plus grande portée.
  • Essayer de capturer une base aérienne ennemie dès que possible pour y redéployer quelques chasseurs et avions d'appui aérien rapproché. Il peut même valoir la peine de construire rapidement une base de niveau 1 dans un état occupé n'en disposant pas afin de pouvoir y déployer une escadrille disposant de 200 avions au plus, afin de l'utiliser dans la région.
  • Utiliser des bombardiers stratégiques pour raser les bâtiments ennemis, dont ses bases aériennes. Cela peut leur causer assez de dégâts pour rééquilibrer les chances en réduisant l'efficacité de mission de leurs appareils. Cela ne marche cependant que si leurs bases approchent de leur pleine capacité.
  • Utiliser une flotte disposant de porte-avions peut aussi être très utile si la région dispose d'une côte où il est possible de la stationner (en sécurité), en particulier si l'attaque portée est une invasion navale. Dans le même temps, la flotte peut aussi bombarder les côtes et protéger les convois de transport.
  • Ne pas chercher à obtenir la supériorité aérienne avec les chasseurs et n'effectuer que des missions d'interception. Les chasseurs en mission d'interception ne décollent que pour attaquer les bombardiers quand ils en détectent : ceci limitera leurs pertes. Cependant, cela revient à laisser la supériorité aérienne à l'ennemi, et donc à lui donner un bonus au combat terrestre.

Enfin, les missions aériennes se déroulent quel que soit le temps, mais une mauvaise météo réduit les capacités de détection et l'efficacité, et augmente le risque d'accident au décollage et à l'atterrissage. Les effets s'accroissent avec la rigueur du temps, les tempêtes de sable et le blizzard étant particulièrement dangereux. Il peut être judicieux de laisser les escadrilles au repos dans de telles conditions.

Attacher des escadrilles à une armée

Il est possible de lier une escadrille à une armée pour qu'elle suive celle-ci en effectuant ses missions de soutien.

Une escadrille peut être spécifiquement associée à une armée de terre. Pour cela, il suffit de sélectionner l'escadrille, de lui attribuer une mission, puis de faire un clic droit sur l'armée voulue, soit dans les panneaux de théâtres, soit sur son commandant en bas de l'écran. Lorsqu'une escadrille est affectée à une armée, elle effectue auprès d'elle des missions de soutien et se positionne automatiquement dans les bases aériennes disponibles qui sont les plus adaptées. Ceci permet de s'assurer qu'une armée bénéficie toujours de son soutien aérien au gré de ses déplacements dans diverses régions, sans avoir à gérer manuellement les déplacements des forces aériennes.

Chasseurs, avions d'appui aérien, bombardiers tactiques et avions de transports peuvent être liés à des armées. C'est en revanche impossible pour les bombardiers stratégiques et navals.

Choix des missions

Sur cette image, une escadrille de 72 chasseurs est affectée à une mission d'interception au-dessus du Japon.

Lorsque des escadrilles sont sélectionnées, les missions disponibles sont colorées en haut du volet de base aérienne. Il suffit alors de choisir quelles missions doivent être accomplies, puis d'affecter les escadrilles à une zone. Assigner plus d'une mission à une escadrille n'entraîne pas l'exécution simultanée de ces missions. Par exemple, si les missions de soutien au sol et de bombardement stratégique sont activées pour une escadrille de bombardiers tactiques, ils se chargeront généralement d'abord du bombardement stratégique, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de bâtiment en activité dans la région. Les chasseurs ayant à la fois pour mission d'obtenir la supériorité aérienne et d'intercepter les bombardiers ne se chargeront généralement que de la supériorité aérienne. Il est donc plus efficace d'affecter deux escadrilles à deux missions différentes que de leur demander d'effectuer les deux missions en même temps.

Les bases navales sont situées dans des provinces à terre. Les frappes portuaires ne peuvent donc se tenir que dans une zone aérienne recouvrant des zones terrestres. Ce genre de mission sera totalement ignoré s'il est donné à une escadrille opérant dans une région uniquement maritime. Certaines régions aériennes recouvrent les deux types de terrain, comme la Mer de Chine orientale, qui contient Taïwan. L'inverse est également vraie : une frappe navale ne vise que des navires en mer et n'aura pas lieu si une escadrille est affectée à une zone ne survolant que des terres. De même, les missions de soutien au sol ou de bombardement stratégique sont totalement inutiles dans les zones entièrement maritimes. Le jeu ne signalant pas si une mission est adaptée ou non au terrain, il est recommandé de faire très attention à cet aspect pour ne pas affecter des escadrilles à une mission impossible à mener, auquel cas elles resteront au sol.

Pour chaque escadrille, il est possible de choisir si elle doit poursuivre sa mission coûte que coûte, ou cesser quand moins de 50 ou 25% de leurs appareils sont disponibles. Ceci peut permettre de préserver les plus précieuses escadrilles en ne les utilisant que quand elles sont pleinement opérationnelles.

Planning de mission, repos et cycle jour/nuit

Les missions prennent 7 heures, et un avion ne peut faire que deux missions à la suite, après quoi il doit se reposer à la base pendant au moins 4 heures avant de repartir au combat. Son planning de mission dépend de s'il est affecté à des missions de jour uniquement, de nuit uniquement, ou nuit et jour. Dans le jeu, le jour dure de 9 heures à minuit, et la nuit d'une heure à 8 heures. De nuit, les appareils sont 20 % plus difficiles à détecter et les bombardements ont une pénalité d'efficacité de - 50 %, mais les combats aériens ne sont pas affectés autrement.

Selon leur affectation, les escadrilles appliquent le planning suivant :

  • Jour : Débute une première mission à 9 heures, et part pour une deuxième mission à 23 heures, puis se repose jusqu'au jour suivant.
  • Nuit : Débute sa mission à 1 heure et rentre à 8, puis se repose jusqu'à la mission nocturne suivante.
  • Jour et nuit : Effectue deux missions puis une séance de repos, soit un cycle de 19 heures, puis recommence jusqu'à ce qu'il lui soit ordonné d'arrêter.

Certaines doctrines aériennes accroissent l'efficacité du bombardement stratégique nocturne, ce qui peut permettre d'envoyer des bombardiers stratégiques sans escorte pour ravager les bâtiments ennemis la nuit uniquement, en minimisant les pertes.

Choix des cibles du bombardement stratégique

Ici, les bombardiers ont ordre de cibler en priorité les usines et les fortifications terrestres.

Waking the Tiger ajoute une option permettant d'inciter au ciblage de certains bâtiments lors des bombardements stratégiques. Ceci peut par exemple permettre de cibler en priorité les fortifications et usines, mais pas les infrastructures. Cependant, le bombardement stratégique reste une opération peu précise : il s'agit ici d'accroître les proportions d'installations touchées, mais pas d'obtenir des frappes parfaites. Ainsi, même en demandant de prioriser les frappes sur l'industrie et les fortifications, les infrastructures et bases aériennes seront quand même touchées, mais dans une moindre mesure que si le bombardement était ordonné sans priorités.

Expérience aérienne et as

Expérience aérienne

Les combats aériens génèrent de l'expérience aérienne. Celle-ci est utilisée pour développer des variantes de certains appareils, afin de les rendre plus performants dans un domaine précis.

As

Un combat aérien a une chance de générer des as. Une escadrille aérienne peut accueillir un as maximum.

As Probabilité Effet chasseur Effet bombardier Effet soutien/naval
"Bon" 0.9 Attaque aérienne + 3 %
Vitesse +3 %
Agilité +5 %
Ciblage bombardement +5 %
Portée +3 %
Ciblage de l'attaque navale +5 %
Ciblage bombardement +3 %
Agilité +5 %
"Unique" 0.4 Attaque aérienne +6 %
Vitesse +5 %
Agilité +10 %
Ciblage bombardement +10 %
Portée +6 %
Ciblage de l'attaque navale +10 %
Ciblage bombardement +5 %
Agilité +10 %
"Génie" 0.05 Attaque aérienne +10 %
Vitesse +8 %
Agilité +15 %
Ciblage bombardement +15 %
Portée +10 %
Ciblage de l'attaque navale +15 %
Ciblage bombardement +8 %
Agilité +15 %

Impact du combat aérien sur les autres terrains

Lors de cette bataille, les Britanniques bénéficient de bonus grâce à leur supériorité aérienne, et ont endommagé des troupes ennemies avec leurs avions d'appui aérien rapproché.

La supériorité aérienne, qui s'acquiert en ayant plus d'appareils en activité que l'ennemi dans une région, donne un malus défensif aux troupes ennemies lors des combats terrestres. Les divisions peuvent en partie contrebalancer cette pénalité en disposant d'unités antiaériennes. À l'inverse, le fait de bénéficier d'un appui aérien renforce les unités alliées au combat. De plus, les avions en mission de soutien au sol infligent des dommages à l'organisation et à la puissance des unités ennemies : plus l'aire de combat est vaste, plus le nombre d'avions pouvant participer est grand. Le terrain peut cependant atténuer ces effets, notamment en forêt où l'appui aérien est moins efficace.

En mer, les avions embarqués peuvent infliger d'importants dommages aux navires ennemis, et même les couler à distance si ceux-ci ne parviennent pas à se protéger. Dominer les airs peut ainsi permettre à la flotte de remporter des batailles navales sans perdre trop de navires.

Enfin, le bombardement stratégique peut permettre d'endommager les bâtiments ennemis, donc de limiter fortement leur production, d'entraver leur logistique ou de briser leurs fortifications. De même, le bombardement stratégique des bases aériennes peut limiter l'efficacité des escadrilles et même endommager des appareils. Par ailleurs, disposer de bombardiers stratégiques à portée et de la supériorité aérienne peut permettre de larguer des bombes atomiques.

Articles spécifiques