Japon

De Hearts of Iron 4 FR Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Japon
Japan.png
Capitale:
Tokyo

Type de gouvernement:
Monarchie impériale

Faction:
Neutre (possibilité de rejoindre l'Axe)

Le Japon est une des grandes puissances de 1936, dominant la sphère asiatique. Dominant à la fois l'archipel japonais, un grand nombre d'îles du Pacifique, et la Corée, le Japon est également derrière plusieurs états fantoches, le Mengkukuo et le Mandchoukouo. Avec une puissance restreinte en hommes et en ressources, le Japon aspire à s'étendre en Asie et dans le Pacifique et peut, pour cela, s'attaquer à la Chine en profitant de ses divisions, puis aux colonies européennes d'Océanie et aux États-Unis, ou à l'Union soviétique.

Le Japon repose en grande partie sur la puissance de sa marine, destinée à défendre ses bases, mais aussi sur sa redoutable unité nationale, qui fait que sa population ne capitulera qu'en tout dernier recours, même sous une pluie de bombes. Ses pilotes étant prêts à se battre jusqu'à la mort, il peut également développer la technique des attaques kamikaze, permettant aux avions de chasse d'infliger de très importants dégâts aux navires ennemis.

Contexte historique

...

Technologie

Technologies militaires Technologies navales Technologies aériennes Électronique et industrie Doctrines
  • Armes légères I
  • Infanterie motorisée
  • Marines I
  • Cie du génie I
  • Cie de reconnaissance I
  • Char de la Grande Guerre
  • Char léger I
  • Artillerie tractée
  • Destroyer I
    • Classe Fubuki améliorée
  • Croiseur léger II
    • Classe Leningrad améliorée
  • Croiseur lourd II
  • Croiseur de bataille I
  • Cuirassé II
  • Porte-avions II
  • Sous-marin II
  • Navire de transport
  • Coque de destroyer de base
    • Grenade ASM basique
  • Coque de croiseur 1936
    • Blindage de croiseur basique
  • Coque de cuirassé 1936
  • Coque de porte-avions 1936
  • Coque de sous-marin 1936
  • Lancetorpilles de surface améliorés
  • Batterie légère
  • Batterie intermédiaire
  • Batterie lourde
  • Batteries secondaires en casemate
  • Navires de transport
  • Mines à contact
  • Mouillage de mines sous-marin
  • Chasseur de l'entre-deux guerres
    • Chasseur de l'entre-deux guerres embarqué
  • Appui aérien rapproché I
    • Appui aérien rapproché embarqué I
  • Bombardier naval I
    • Bombardier naval embarqué I
  • Bombardier de l'entre-deux guerres
  • Stockage de carburant
  • Expérimentations sur l'essence synthétique
  • Raffinage de carburant I

Doctrine terrestre

  • Guerre des tranchées

Doctrine navale

  • Attaque des bases ennemies

Doctrine aérienne

  • Aucune

Le Japon débute avec un arsenal de technologie favorisant la guerre dans le Pacifique : sa marine est très avancée, il dispose dès le départ des marines de niveau 1, ainsi que des trois types d'avions légers et de leurs variantes pour porte-avions. Ceci permet au Japon de se placer en bonne position pour mener des offensives amphibies appuyées par sa puissante flotte. Par ailleurs, le Japon dispose de la technologie de base en matière de raffineries, pour compenser son manque de pétrole et de caoutchouc.

Politique

Esprits nationaux

Le Japon débute avec plusieurs esprits nationaux :

State Shintoism icon
Shintoïsme d’État
  • Dommages des usines bombardées : −10%
  • Taux de recouvrement des divisions : +10%
Depuis la restauration de Meiji, nous tentons d'utiliser la vénération vouée aux sanctuaires shinto au profit de la loyauté impériale et de la construction de la nation. Cela nous a permis de forger un pays prêt à se sacrifier au nom de l’État.
Idea jap zaibatsu icon
Zaibatsu
  • Coût quotidien en poids politique : +0,25
  • Coût de la législation commerciale : +25%
  • Coût de la législation économique : +25%
  • Vitesse de construction des usines civiles : +5%
  • Vitesse de construction des usines militaires : +5%
  • Vitesse de construction des chantiers navals : +5%
  • Usines de biens de consommation : 5%
Idea jap duplicate research icon
Recherche en double
  • Vitesse de la recherche aérienne : -10%
Warrior Traditions icon
Militarisme
  • Soutien à la guerre : +20%
  • Coût de la législation sur la conscription : -25%
  • Durée de la justification des objectifs de guerre : -20%
  • Vitesse de recherche : -5%
  • Vitesse de construction des usines civiles : -10%

Le Shintoïsme d'état renforce fortement la résistance du Japon face aux ennemis : ses usines sont moins vulnérables aux bombardements stratégique, permettant de préserver la production plus efficacement, et ses divisions récupèrent plus rapidement leur organisation, leur offrant une meilleure ténacité. Les Zaibatsu, gros conglomérats industriels, facilitent les constructions au détriment du pouvoir politique : des priorités nationales permettent de les réformer de différentes manières. Le Japon doit également composer avec une société très militarisée, ce qui facilite les déclarations de guerre, augmente le soutien de la population vis-à-vis du conflit, et permet de mobiliser la population plus facilement, mais réduit aussi les temps de recherche et de construction d'usines civiles. Des priorités permettent également de modifier les effets du militarisme japonais. Enfin, le Japon souffre d'un problème de recherche aérienne qui peut être supprimé.

Idea mtg naval treaty adherent icon
Signataire du traité naval de Londres
  • Coût maximal des porte-avions : 9 500
  • Coût maximal des croiseurs : 5 300
  • Coût maximal des vaisseaux lourds : 10 000
Le Japon a signé le traité naval de Londres, et doit par conséquent limiter la taille de ses navires capitaux.

Dans la mesure où il est signataire du traité naval de Londres, le Japon voit le coût de production de ses navires limité, ce qui signifie qu'il ne peut pas créer de navires de guerre trop puissants. Il peut éventuellement se retirer de ce traité durant les négociations qui ont lieu début 1936, et a 120 jours pour le faire, ou peut par la suite le quitter si la tension mondiale excède 20%. Se retirer des traités navals se fait par une décision coûtant 150 points de poids politique, et fait remonter la limite imposée aux signataires restant. Ainsi, se retirer des traités supprime la limite pour soi, mais augmente aussi les capacités des autres pays. Étant fasciste, le Japon peut également dépenser 50 points de poids politique pour enfreindre secrètement les traités, augmentant légèrement la limite des restrictions.

Partis politiques

Parti politique Idéologie Popularité Chef du parti Au pouvoir ?
Taisei Yokusankai fascism Fasciste 100% Hirohito Oui
Rikken Minseitō democracy Démocratique 0% Tetsu Katayama Non
Nihon Kyōsantō communism Communiste 0% Kyūichi Tokuda Non
Parti non-aligné neutrality Non-aligné 0% Dirigeant au hasard Non (impossible sans mod)

Le Japon est totalement dominé par le parti au pouvoir, d'idéologie fasciste. Comme tous les pays, il reste cependant possible d'orienter son régime politique vers d'autres idéologies grâce à des conseillers.

Diplomatie

Fasciste, le Japon débute avec de bonnes relations avec l'Allemagne et l'Italie, avec qui il est possible de signer un pacte tripartite, qui se caractérise par des garanties mutuelles, formant une sorte d'alliance exclusivement défensive. Il possède par ailleurs deux fantoches, le Mandchoukouo et le Mengkukuo. S'il suit le chemin historique en s'en prenant à la Chine, le Japon peut fonder sa propre faction, la Sphère de coprospérité de la grande Asie orientale et tenter d'y intégrer le Siam. Alternativement, il peut choisir de se focaliser sur l'Union soviétique et de rejoindre l'Axe. En changeant d'idéologie, le Japon peut autrement se tourner vers les autres grandes factions existantes.

Le Japon dispose également d'une décision permettant de « tester les Soviétiques » lors d'un conflit frontalier au niveau de Vladivostok, permettant de gagner de l'expérience et, potentiellement, des bonus de recherche.

Rivalités entre services

Waking the Tiger met en scène les rivalités entre la marine et l'armée de terre du Japon. En 1936, le conflit est au point mort, mais des décisions peuvent faire pencher la balance de l'un ou l'autre des côtés. Si la marine domine, la production des chantiers navals sera accrue et celle des usines diminuée, et réciproquement. Chaque décision apporte des avantages spécifiques.

Les décisions augmentant la puissance de l'armée sont :

  • Plus d'acier pour les canons (ajoute quatre usines militaires)
  • Priorités aux constructions de l'aviation terrestre (-10% de coût de construction des avions d'AAR et des bombardiers tactiques)
  • Conscription sans exemptions (population recrutable : 2%)
  • Régiments de raid (multiplicateur de capacité des forces spéciales : +2%)

Les décisions augmentant la puissance de la marine sont :

  • Plus d'acier pour les navires (ajoute quatre chantiers navals)
  • Priorités aux constructions de l'aviation navale (-10% de coût de construction des avions embarqués et des bombardiers navals)
  • Exemptions de service (production des usines et chantiers navals : +5%)
  • Forces spéciales aéroportées (attaque et défense des forces spéciales : +5%)

Guerre contre la Chine

S'il utilise les priorités nationales de la voie historique, le Japon peut obtenir un objectif de guerre contre la Chine par le biais de l'incident du pont Marco Polo. Dans ce cas là, cependant, l'armée japonaise se heurte dans un premier temps à une opposition imprévue de la part de l'armée chinoise : face à toutes les factions chinoises confondues, les divisions japonaises ont une pénalité de -50% en attaque et en défense. Cette pénalité peut progressivement être réduite par le biais de décisions, permettant au Japon d'être plus ferme au fil de la guerre. Ensuite, le Japon obtient la possibilité de lancer l'opération Ichi-Gō pour accélérer la fin des combats.

Priorités nationales

L'arbre des priorités nationales japonaises

L'arbre des priorités japonaises est divisé en trois parties :

  • La première concerne la gestion politique et diplomatique du pays. Elle implique de faire un choix entre soutenir ou chasser la faction Kōdōha, favorable à une guerre contre l'Union soviétique. Si elle est soutenue, il est possible de renforcer le shogunat ou l'empereur, puis de préparer la guerre contre l'URSS. Dans le cas inverse, la purge ouvre la voie à une extension vers le sud, en attaquant la Chine (ce qui implique de gérer l'Empereur défavorable au conflit), puis les puissances occidentales et les États-Unis. Que l'une ou l'autre de ces voies soit choisie, des priorités permettent de gérer ensuite le pays dans le conflit en améliorant sa recherche et sa mobilisation.
  • La deuxième branche permet d'améliorer l'état fantoche du Mandchoukouo, en lui fournissant bonus et usines.
  • La troisième partie propose de nombreux bonus de recherche en matière terrestre, aérienne et navale. Elle permet notamment de développer des divisions inédites, les bataillons cyclistes, ainsi que des navires spéciaux, les torpilleurs. Deux choix doivent être faits dans cette partie de l'arbre : mettre l'accent sur les porte-avions ou les cuirassés, d'une part, et mettre l'accent sur la volonté des troupes (bonus à l'attaque, la défense et au recouvrement des divisions) ou sur la modernisation (bonus technologiques).
Waking the Tiger rajoute deux branches à l'arbre des priorités japonaises.

Avec Waking the Tiger, deux nouvelles possibilités politiques s'appliquent au Japon s'il refuse de gérer la faction Kōdōha :

  • Le « Choix inconcevable » consiste à faire monter le soutien au communisme jusqu'à l'éclatement d'une guerre civile. Il sera ensuite possible assujettir à nouveau le Mandchoukouo (devenu indépendant lors de la guerre civile), puis de se rapprocher de l'Union soviétique ou de la Chine communiste.
  • Le « Renforcement du gouvernement civil » permet au Japon de suivre le chemin de la démocratie (au prix d'une guerre civile, de la libération du Mandchoukouo et de la Corée), puis de devenir le pivot de la vie politique dans le Pacifique, soit aux côtés des Alliés, soit à la tête de sa propre faction. Le Japon peut alors devenir bastion de l'anticommunisme et assurer l'indépendance des pays du Pacifique, notamment les Philippines.

Économie

Lois de conscription Législation économique Législations commerciales

Limited Conscription.png Conscription limitée

Partial Mobilization.png Mobilisation partielle

Limited Exports.png Exportations limitées

2,5% de population recrutable

25% d'usines de biens de consommation
+10% vitesse de construction des usines militaires
-10% coût de conversion des usines

25% des ressources pour l'exportation
+1% de vitesse de recherche
+5% Production des usines
+5% vitesse de construction
-10% de carburant produit par unité de pétrole

Contrairement à la plupart des autres pays, le Japon débute avec une législation déjà axée sur la guerre, avec une mobilisation partielle et une conscription limitée. Ses exportations sont par ailleurs réduites, lui permettant de composer avec les faibles ressources dont il dispose.

Industries

Usines en 1936
Military factory
19 Usines militaires
Naval dockyard
15 Chantiers navals
Civilian factory
25 Usines civiles

Le Japon débute avec un nombre conséquent d'usines militaires, qui lui permet de concurrencer au départ son rival américain. Il dispose également d'assez de chantiers navals pour continuer à améliorer sa flotte. Les usines civiles restent son point faible et nécessitent un programme de constructions pour accélérer l'industrialisation du pays.

Ressources

Total des ressources en 1936
Oil.png
Pétrole
Rubber.png
Caoutchouc
Steel.png
Acier
Aluminum.png
Aluminium
Tungsten.png
Tungstène
Chromium.png
Chrome
4 0 94 7 47 88

Ces chiffres représentent le total produit : selon les lois sur le commerce, une certaine quantité peut être exportée.

Le Japon est particulièrement pauvre en ressources et nécessite notamment un approvisionnement en pétrole et en caoutchouc pour construire avions et camions efficacement. Cependant, ses infrastructures sont encore médiocres, et sa production d'acier et de tungstène peut être fortement accrue en les améliorant.

Par le système des décisions, il est également possible de trouver de nouvelles ressources sur les territoires dont dispose le Japon en 1936 : pétrole en Sakhaline du Sud, aluminium dans les Palaos, et tungstène en Corée du Nord. Les technologies d'excavation II et III sont cependant nécessaires à l'opération.

Gouvernement, état-major et entreprises

...

Armée

Forces terrestres

45Infantry.png Divisions d'infanterie 3Light tank.png Divisions de chars légers 2Motorized.png Divisions motorisée 9Cavalry.png Divisions de cavalerie 1Marines.png Division de marines

L'infanterie japonaise se divise en deux groupes, les Hohei Shidan et les Chuton-chi Shidan. Les premières sont des divisions lourdes de 12 bataillons d'armes légères (ce qui peut nuire à leur aire de combat) et de génie et reconnaissance en soutien, tandis que les secondes sont des garnisons insulaires et frontalières composées de six bataillons d'armes légères, qui pourront difficilement remporter des combats.

Bien qu'elles soient présentées comme des divisions blindées, les Dokuritsu Konsei Ryodan sont en réalité formés de cinq bataillons d'armes légères pour deux de blindés légers, ce qui leur fait perdre leur avantage de rapidité, et sont assistées d'une compagnie du génie. Les Kihei Shidan sont des divisions de cavalerie composées de six bataillons chacune, tandis que les Jidousha Shidan sont de solides divisions composées de douze bataillons d'infanterie motorisée, d'artillerie de soutien, de génie et de reconnaissance, avantagées par leur vitesse et leur attaque légère, mais pénalisées elles aussi par leur aire de combat. Enfin, le Japon dispose de ses troupes amphibies, les Rikusentai, composées de six bataillons de marines et d'une compagnie du génie, utile pour la prise d'îles dans le Pacifique ou des débarquements en Chine.

Mal équipée et trop peu nombreuse pour affronter tous ses ennemis potentiels, l'armée japonaise doit être équipée. Si certaines de ses troupes ont déjà été entrainées, d'autres sont encore pénalisées par leur inexpérience.

Flotte

Navires capitaux en 1936
Carrier.png
4 Porte-avions
Battleship.png
6 Cuirassés
Battlecruiser.png
3 Croiseurs de bataille
Heavy Cruiser.png
16 Croiseurs lourds
Navires d'escorte et sous-marins en 1936
Light Cruiser.png
19 Croiseurs légers
Destroyer.png
94 Destroyers
Submarine.png
52 Sous-marins

Bien qu'elle soit très imposante, la flotte japonaise ne peut espérer rivaliser en nombre avec celle des États-Unis ou du Royaume-Uni et encore moins les deux conjuguées. En vue du conflit, elle doit donc être étoffée et modernisée, ce que peuvent permettre ses chantiers navals, d'autant qu'un porte-avions supplémentaire est déjà aux trois quarts achevé en 1936. Les forces navales japonaises sont réparties en cinq flottes.

La Dai 1 Kantai, basée près de Tokyo, contient cinq groupes :

  • Le 1 Kantai contient trois cuirassés, un croiseur de bataille et trois croiseurs légers.
  • Le 1 Suirai Sentai contient un croiseur léger et dix destroyers.
  • Le 1 Sensui Sentai contient vingt-et-un sous-marins.
  • Le 1 Koku Sentai contient un porte-avions et quatre destroyers.
  • Le Yokusoka Yobikantai contient un cuirassé, trois croiseurs lourds, deux croiseurs légers et six destroyers.

La Dai 2 Kantai de Nagazaki contient également cinq groupes :

  • Le 2 Kantai contient un porte-avions et sept croiseurs lourds.
  • Le 2 Suirai Sentai contient un croiseur léger et quatorze destroyers.
  • Le 2 Sensui Sentai contient un croiseur léger et six sous-marins.
  • Le 3 Sensui Sentai contient quatre sous-marins.
  • Le Sasebo Yobikantai contient deux porte-avions, deux croiseurs de bataille, quatre croiseurs légers et huit destroyers.

La Dai 3 Kantai, basée à Taiwan, contient trois groupes :

  • Le 3 Kantai comprend un croiseur lourd, un croiseur léger et 22 destroyers.
  • Le 5 Suirai Sentai contient un croiseur léger et six destroyers.
  • Le Makou Keibi Sentai contient quatre destroyers.

La Kure Kantai, basée à Hiroshima, contient deux groupes :

  • Le Kure Yobikantai contient deux cuirassés, quatre croiseurs lourds, trois croiseurs légers et neuf destroyers.
  • Le 3 Sensui Sentai contient 21 sous-marins.

La Kaigun Yobikantai, répartie entre Busan en Corée et Aomori dans le nord du Japon, contient deux groupes :

  • L’Ominato Keibi Sentai dispose de quatre destroyers.
  • Le Bogojunyokan Kantai contient un croiseur lourd et deux légers.

La Taiheio Kantai, située dans les Îles Carolines, ne contient qu'un groupe :

  • Le Nanpo Yuso Sendan est composé de sept destroyers.

À cela s'ajoutent les navires en construction, chacun se voyant affecter un chantier :

  • Un cuirassé (le Hei)
  • Un porte-avions de niveau II, le Soryu, un autre étant en attente sur la même chaîne.
  • Un porte-avions converti de croiseur, le Zuhio, un autre étant en attente sur la même chaîne.
  • Deux croiseurs lourds de niveau 2 sur la même chaîne.
  • Un croiseur léger de classe Okinoshima.
  • Sept destroyers de classe Fubuki, répartis sur cinq chaînes, deux étant en attente.
  • Six sous-marins de classe Kaidai III sur quatre chaînes, deux étant en attente.
  • Un sous-marin de classe Ro-26.

Aviation

Aviation en 1936
Close air support.png
331 Appui aérien rapproché
Air Skirmish.png
362 Chasseurs
Naval Strike Tactics.png
126 Bombardiers navals
Bomber.png
54 Bombardiers tactiques

L'aviation japonaise est de bonne taille et mélange appareils terrestres et embarqués. Cependant, elle est surpassée par l'aviation américaine et doit être améliorée pour pouvoir remporter la guerre du Pacifique. Ses chasseurs sont par ailleurs anciens, et elle manque d'appareils lourds, d'autant qu'une bonne part des avions, étant des modèles embarqués mais basés au sol, ont une portée très réduites pour les zones stratégiques d'Asie. Au fil du jeu, le Japon peut débloquer des appareils spécialisés dans les attaques kamikaze qui peuvent permettre de détruire les navires ennemis, moyennant un coût en appareils et en vies humaines...

Il est à noter que, pour peu que les priorités liées à la guerre aéronavales soient choisies au détriment des cuirassés, le Japon peut débloquer instantanément le modèle de chasseur embarqué de niveau 2.

Commandants terrestres

Le Japon dispose de deux maréchaux très compétents :

  • Hisaichi Terauchi, niveau 4, Liens politiques, Lignage samouraï, Doctrine offensive
  • Shunroku Hata, niveau 4, Lignage samouraï, Doctrine offensive

En outre, le pays dispose de 26 généraux aux compétences variables :

  • Tomoyuki Yamashita, niveau 5, Liens politiques, Stratège brillant, Roublard, Ingénieur du génie
  • Shizuichi Tanaka, niveau 4, Officier de carrière, Officier d'infanterie, Roublard
  • Kenkichi Ueda, niveau 4, Vieille garde, Imprudent, Officier de cavalerie
  • Toshizo Nishio, niveau 3, Stratège brillant, Officier d'infanterie
  • Rikichi Ando, niveau 3, Officier de carrière
  • Naruhiko Higashikuni, niveau 3, Liens politiques, Lignage samouraï
  • Seishiro Itakagi, niveau 3, Lignage samouraï, Stratège inflexible, Imprudent
  • Takashi Sakai, niveau 3, Imprudent, Officier d'infanterie
  • Yoshijiro Umezu, niveau 3, Liens politiques, Prudent
  • Otozo Yamada, niveau 3, Officer de carrière, Officier de cavalerie
  • Keizuke Fujie, niveau 3, Liens politiques, Officier de carrière, Destructeur de forteresses
  • Harukichi Hyakutake, niveau 3, Officier d'infanterie
  • Hitoshi Imamura, niveau 3, Officier de carrière, Officier d'infanterie, Officier de commando
  • Akira Muto, niveau 2, Officier de carrière
  • Hatazo Adachi, niveau 2, Lignage samouraï, Imprudent, Officier d'infanterie, Roublard
  • Sadao Araki, niveau 2, Lignage samouraï
  • Kiichiro Higuchi, niveau 2, Officier de carrière, Prudent
  • Masaharu Homma, niveau 2, Prudent, Médiatique
  • Jo Iimura, niveau 2, Officier de carrière
  • Massatane Kanda, niveau 2, Prudent
  • Kuniaki Koiso, niveau 2, Liens politiques, Lignage samouraï, Vieille garde
  • Kanji Ishiwara, niveau 1, Lignage samouraï
  • Yasuji Okamura, niveau 1, Imprudent
  • Kenji Doihara, niveau 1, Officier de carrière, Drogué
  • Shigeru Honjo, niveau 1, Médiatique, Vieille garde
  • Iwane Matsui, niveau 1, Vieille garde, Imprudent

Amiraux

Le Japon dispose d'un grand nombre d'amiraux, douze, dont plusieurs sont dès 1936 très compétents :

  • Isoroku Yamamoto, niveau 5, Audacieux, Pilote enthousiaste, Maître tacticien, Vigie, Contrôleur aérien, Organisateur du pont d'envol
  • Jisaburo Ozawa, niveau 5, Audacieux, Officier de carrière, Pilote enthousiaste, Briseur de blocus, Maître tacticien
  • Mineichi Koga, niveau 4, Audacieux, Partisan des cuirassés, Maître tacticien, Vigie
  • Nobutake Kondō, niveau 4, Partisan des cuirassés, Famille de marins, Tue-mouches
  • Takeo Takagi, niveau 3, Vigie
  • Soemu Toyoda, niveau 3, Vieille garde, Audacieux, Côtes-de-fer
  • Kiyoshi Hasegawa, niveau 3, Chevaleresque
  • Shigeyoshi Inoue, niveau 3, Officier de carrière, Pilote enthousiaste
  • Zengo Yoshida, niveau 2, Vieille garde
  • Hiroaki Abe, niveau 2, Partisan des cuirassés
  • Gengo Hyakutake, niveau 2, Chevaleresque
  • Tadashige Daigo, niveau 1, Officier de carrière, Loup de mer

Stratégie

...

Succès

Tojo Shot First icon
Tojo Shot First
Avec le Japon, larguer une bombe atomique sur un territoire national des États-Unis avant qu'ils ne développent l'arme nucléaire.
Sunrise Invasion icon
Sunrise Invasion
Avec le Japon, conquérir le Mexique puis l'Europe avant 1945.


Europe

Albania.png Albanie Austria.png Autriche Belgium.png Belgique Bulgaria.png Bulgarie Denmark.png Danemark Spain.png Espagne Estonia.png Estonie Finland.png Finlande link={{{2}}} France Greece.png Grèce Hungary.png Hongrie Ireland.png Irlande Italy.png Italie Latvia.png Lettonie Lithuania.png Lituanie link={{{2}}} Luxembourg Norway.png Norvège Netherlands.png Pays-Bas Poland.png Pologne link={{{2}}} Portugal German Reich.png Reich allemand Romania.png Roumanie United Kingdom.png Royaume-Uni Slovakia.png Slovaquie Sweden.png Suède Switzerland.png Suisse Czechoslovakia.png Tchécoslovaquie Turkey.png Turquie Soviet Union.png Union soviétique Yugoslavia.png Yougoslavie

Amérique du Nord

Dominion of Canada.png Canada link={{{2}}} Costa Rica link={{{2}}} Cuba Dominican Republic.png République dominicaine United States.png États-Unis link={{{2}}} Guatemala Haiti.png Haïti link={{{2}}} Honduras Mexico.png Mexique link={{{2}}} Nicaragua link={{{2}}} Panama El Salvador.png Salvador

Amérique du Sud

Argentina.png Argentine Bolivia.png Bolivie Brazil.png Brésil Chile.png Chili Colombia.png Colombie Ecuador.png Équateur link={{{2}}} Paraguay Peru.png Pérou link={{{2}}} Uruguay link={{{2}}} Venezuela

Asie

link={{{2}}} Afghanistan Saudi Arabia.png Arabie saoudite Bhutan.png Bhoutan China.png Chine Chinese People's Republic.png Chine communiste Guangxi Clique.png Clique du Guangxi Netherlands.png Indes néerlandaises link={{{2}}} Iran Iraq.png Irak Japan.png Japon British Malaya.png Malaisie britannique Manchukuo.png Mandchoukouo link={{{2}}} Mengkukuo Mongolia.png Mongolie Nepal.png Népal link={{{2}}} Oman link={{{2}}} Philippines British Raj.png Raj britannique link={{{2}}} Shanxi link={{{2}}} Siam Tannu Tuva.png Tannou-Touva link={{{2}}} Tibet link={{{2}}} Xibei San Ma Sinkiang.png Xinjiang Yemen.png Yémen link={{{2}}} Yunnan

Afrique

South Africa.png Afrique du Sud Ethiopia.png Éthiopie link={{{2}}} Liberia

Océanie

Australia.png Australie New Zealand.png Nouvelle-Zélande