Unités aériennes

De Hearts of Iron 4 FR Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir également : Guerre aérienne
L'arbre standard des technologies aériennes présente les différents types d'avions du jeu.

Les unités aériennes d’Hearts of Iron IV se répartissent en plusieurs types. Les avions légers comprennent les chasseurs, (spécialisés dans le combat avec les autres avions), les avions d'appui aérien approché (assistant les troupes au sol dans leurs combats) et les bombardiers navals (attaquant les navires au port). Ces trois sortes d'avions légers peuvent être également conçu dans des modèles spécialement destinés à être embarqués sur des porte-avions, pour des missions aéronavales.

Les avions intermédiaires comprennent les chasseurs lourds (version améliorée des chasseurs, plus coûteuse et spécialisée dans le combat à distance de ses bases) et les bombardiers tactiques (modèles d'avions pouvant combiner les missions de l'appui aérien rapproché et des bombardiers stratégiques, avec moins d'efficacité mais plus de flexibilité que ces modèles). Le seul type d'avion lourd est le bombardier stratégique, spécialisé dans l'attaque des bâtiments ennemis depuis de longues distances.

Enfin, il existe des types d'unités aériennes plus sophistiquées, développées à partir des recherches en fuséonautique : les missiles peuvent frapper les installations ennemies à très longue distance, tandis que les intercepteurs à moteur fusée sont conçus pour les arrêter. Les avions à réaction découlent également des mêmes technologies et sont répartis en trois catégories : chasseurs, bombardiers tactiques et bombardiers stratégiques.

Les nouveaux modèles d'avions se développent en recherchant des technologies aériennes. Lorsqu'un modèle est découvert, il est possible d'en produire une variante en dépensant des points d'expérience aérienne pour améliorer certaines de leurs caractéristiques.

Types

Avions légers

Tous les avions légers disposent d'une version porte-avions, qui peut se poser sur les porte-avions au prix d'un coût de production accru et d'une vitesse, d'une portée et d'une agilité réduites.

  • Appui aérien rapproché (AAR) : l'appui aérien rapproché est composé d'avions armés de bombes, de roquettes, de canons destinés à attaquer les troupes au sol. Plus efficaces que les bombardiers tactiques pour assurer le soutien des troupes terrestres engagées en combat, ils sont assez faibles en combat aérien.
Modèle Année Attaque au
sol
Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
AAR I 1936 10,0 6,0 14,0 35,0 390 km/h 700 10,0 3,0 20 0,2 22,0 2 Aluminium 1 Caoutchouc
AAR II 1940 15,0 10,0 16,0 39,0 450 km/h 1000 10,0 5,0 20 0,2 24,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
AAR III 1944 20,0 14,0 20,0 44,0 550 km/h 1200 10,0 10,0 20 0,2 26,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
AAR embarqué I 1936 10,0 6,0 14,0 35,0 351 km/h 400 10,0 4,0 20 0,2 26,4 2 Aluminium 1 Caoutchouc
AAR embarqué II 1940 15,0 10,0 16,0 39,0 405 km/h 640 10,0 7,0 20 0,2 28,4 3 Aluminium 1 Caoutchouc
AAR embarqué III 1944 20,0 14,0 20,0 44,0 495 km/h 800 10,0 13,0 20 0,2 30,4 3 Aluminium 1 Caoutchouc
  • Chasseur : les chasseurs sont spécialisés dans la traque et la destruction des appareils ennemis. Ils sont plus puissants en combat aérien que tous les autres appareils, mais ont une portée et un armement moindre que les chasseurs lourds, qui sont cependant désavantagés par leur maniabilité inférieure.
Modèle Année Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
Chasseur de l'entre-deux-guerres 1933 9,0 8,0 45,0 330 km/h 570 10,0 1,0 20 0,2 22,0 2 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur I 1936 18,0 10,0 50,0 500 km/h 700 10,0 2,0 20 0,2 24,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur II 1940 27,0 12,0 65,0 650 km/h 1000 10,0 4,0 20 0,2 26,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur III 1944 27,0 14,0 80,0 720 km/h 1000 10,0 6,0 20 0,2 28,0 4 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur embarqué de l'entre-deux-guerres 1933 9,0 8,0 45,0 297 km/h 456 10,0 2,0 20 0,2 26,4 2 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur embarqué I 1936 18,0 11,0 50,0 450 km/h 560 10,0 3,0 20 0,2 28,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur embarqué II 1940 27,0 13,0 65,0 585 km/h 800 10,0 6,0 20 0,2 30,4 2 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur embarqué III 1944 27,0 15,0 80,0 648 km/h 960 10,0 8,0 20 0,2 32,4 3 Aluminium 1 Caoutchouc
  • Bombardier naval : armés de torpilles et de bombes, les bombardiers navals sont spécialisés dans l'attaque des flottes ennemies, en mer ou dans les ports.
Modèle Année Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Détection de
surface
Détection
sous-marine
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
Bombardier naval I 1936 6,0 12,0 30,0 230 km/h 850 4% 4% 7,5 15,0 20 0,2 26,0 2 Aluminium 1 Caoutchouc
Bombardier naval II 1940 10,0 14,0 35,0 300 km/h 930 4% 4% 10,0 20,0 20 0,2 28,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
Bombardier naval III 1944 14,0 16,0 40,0 400 km/h 1100 4% 4% 12,5 25,0 20 0,2 30,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
Bombardier naval embarqué I 1936 6,0 13,0 30,0 207 km/h 680 4% 4% 7,5 15,0 20 0,2 31,2 2 Aluminium 1 Caoutchouc
Bombardier naval embarqué II 1940 10,0 15,0 35,0 270 km/h 744 4% 4% 10,0 20,0 20 0,2 33,2 3 Aluminium 1 Caoutchouc
Bombardier naval embarqué III 1944 14,0 17,0 40,0 360 km/h 880 4% 4% 12,5 25,0 20 0,2 35,2 3 Aluminium 1 Caoutchouc

Avions intermédiaires

  • Chasseur lourd : transportant une plus grande puissance de tir que leurs homologues légers, les chasseurs lourds sont efficaces contre les bombardiers mais sont désavantagés lors des combats aériens.
Modèle Année Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
Chasseur lourd I 1936 36,0 13,0 25,0 500 km/h 1300 6,0 3,0 40 0,2 28,0 2 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur lourd II 1940 46,0 15,0 30,0 550 km/h 1700 10,0 6,0 40 0,2 30,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
Chasseur lourd III 1944 54,0 18,0 33,0 600 km/h 2000 10,0 9,0 40 0,2 32,0 4 Aluminium 1 Caoutchouc
  • Bombardier tactique : associant des pièces d'artillerie lourde à une manœuvrabilité moyenne, les bombardiers tactiques peuvent être employés contre les unités au sol et les constructions.
Modèle Année Attaque au
sol
Bombardement
Stratégique
Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
Bombardier de l'entre-deux-guerres 1933 3.0 10.,0 5,0 15,0 16,0 250 km/h 1400 6,0 4,0 40 0,3 35,0 2 Aluminium 1 Caoutchouc
Bombardier tactique I 1936 6,0 12,0 8,0 18,0 20,0 430 km/h 2400 6,0 8,0 40 0,3 37,0 3 Aluminium 1 Caoutchouc
Bombardier tactique II 1940 10,0 14,0 13,0 21,0 25,0 440 km/h 2500 6,0 10,0 40 0,3 39,0 4 Aluminium 1 Caoutchouc
Bombardier tactique III 1944 15,0 16,0 20,0 24,0 30,0 480 km/h 3000 6,0 12,0 40 0,3 41,0 5 Aluminium 1 Caoutchouc

Avions lourds

  • Bombardier stratégique : lents mais dotés d'une grande portée et d'un armement lourd, les bombardiers stratégiques peuvent réduire en cendres les constructions ennemies.
Modèle Année Bombardement
stratégique
Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
Bombardier stratégique I 1936 30,0 50,0 25,0 5,0 400 km/h 2500 0,6 1,5 80 0,8 60,0 3 Aluminium 2 Caoutchouc
Bombardier stratégique II 1940 45,0 100,0 35,0 7,0 450 km/h 3500 0,6 1,5 80 0,8 62,0 4 Aluminium 2 Caoutchouc
Bombardier stratégique III 1944 50,0 150,0 60,0 10,0 500 km/h 5000 0,6 1,5 80 0,8 64,0 5 Aluminium 2 Caoutchouc
  • Avion de transport : ces avions non armés peuvent convoyer du ravitaillement d'urgence ou larguer des parachutistes.
Modèle Année Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par usine
Transport 1933 0,0 20,0 10,0 300 km/h 1000 0,0 0,0 80 180,0 3 Aluminium 2 Caoutchouc

Fusées

  • Intercepteur à moteur-fusée : cet appareil très rapide est conçu pour intercepter les missiles ennemis avant qu'ils ne causent des dégâts.
Modèle Année Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Fiabilité Coût de
production
Ressources
par usine
Intercepteur à moteur-fusée I 1944 47,0 5,0 30,0 950 km/h 150 10,0 5,0 30,0% 16,0 3 Aluminium 2 Tungstène 1 Caoutchouc
Intercepteur à moteur-fusée II 1945 56,0 7,0 36,0 1100 km/h 300 10,0 5,0 50,0% 18,0 3 Aluminium 3 Tungstène 1 Caoutchouc
Intercepteur à moteur-fusée III 1946 60,0 10,0 60,0 1100 km/h 500 10,0 5,0 80,0% 20,0 3 Aluminium 3 Tungstène 1 Caoutchouc
  • Missile : ces fusées peuvent ravager les villes ennemies à longue, voire très longue portée.
Modèle Année Bombardement
stratégique
Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Fiabilité Coût de
production
Ressources
par usine
Missile 1944 300,0 0,0 0,0 10,0 640 km/h 500 0,6 1,5 80,0% 54,0 3 Aluminium 3 Tungstène
Missile amélioré 1945 450,0 0,0 0,0 10,0 5700 km/h 640 0,6 1,5 80,0% 54,0 3 Aluminium 3 Tungstène
Missile avancé 1946 600,0 0,0 0,0 10,0 9900 km/h 11000 0,6 1,5 80,0% 54,0 3 Aluminium 3 Tungstène

Avons à réaction

  • Chasseur à réaction
Modèle Année Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
Chasseur à réaction I 1945 36,0 15,0 72,0 950 km/h 1200 10,0 5,0 40 0,4 30,0 2 Aluminium 3 Tungstène 1 Caoutchouc
Chasseur à réaction II 1950 40,0 18,0 72,0 1100 km/h 2200 10,0 5,0 40 0,4 32,0 3 Aluminium 3 Tungstène 1 Caoutchouc
  • Bombardier tactique
Modèle Année Attaque au sol Bombardement
stratégique
Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
Bombardier tactique à réaction I 1945 15,0 160 18,0 24,0 57,0 1000 km/h 1800 6,0 15,0 80 0,7 45,0 2 Aluminium 3 Tungstène 1 Caoutchouc
Bombardier tactique à réaction II 1950 20,0 20,0 22,0 28,0 57,0 1000 km/h 5000 6,0 15,0 80 0,7 48,0 3 Aluminium 3 Tungstène 1 Caoutchouc
  • Bombardier stratégique
Modèle Année Bombardement
stratégique
Attaque
aérienne
Défense
aérienne
Agilité Vitesse
max.
Rayon d'action
(km)
Ciblage
naval
Attaque
navale
Main d’œuvre Conso.
carburant
Coût de
production
Ressources
par usine
Bombardier stratégique à réaction 1950 64,0 100,0 54,0 14,0 920 km/h 7000 0,6 1,5 160 1,6 80,0 3 Aluminium 3 Tungstène 1 Caoutchouc

Statistiques

Les statistiques des avions ont une influence sur leurs performances au combat et agissent selon les mécanismes du combat aérien. Comprendre le rôle des différentes statistiques permet d'élaborer des appareils spécialisés dans telle ou telle tâche selon le matériel utilisé par l'ennemi.

Statistiques basiques

  • Vitesse maximale : la vitesse maximale indique à quelle vitesse peut voler un avion lorsque les conditions sont optimales. Un avantage ou un désavantage en vitesse, combiné à la statistiques d'agilité, a un impact sur les dégâts subis.
  • Rayon d'action : la portée d'un avion indique le rayon dans lequel il peut intervenir autour de la base aérienne où il est stationné. Une escadrille ne peut logiquement intervenir que dans des régions stratégiques qui sont à sa portée. Si l'escadrille n'a pas une portée suffisante pour recouvrir toute la zone, l'efficacité de sa mission est réduite à hauteur du pourcentage de la zone où elle peut agir. Ainsi, une escadrille qui recouvre 50% d'une zone n'aura une mission efficace qu'à 50% (à quoi peuvent encore s'ajouter d'autres malus comme ceux dus à la météo).
  • Fiabilité : la fiabilité détermine les risques qu'un appareil subisse des accidents au décollage ou à l'atterrissage. Même avec une fiabilité de 100%, les risques d'accident existent, et plus la fiabilité est basse, plus ce risque est grand. Par défaut, les appareils ont une fiabilité de 80%, qui peut diminuer ou s'accroître en concevant des variantes.
  • Consommation de carburant : usage que l'avion fait quotidiennement du carburant lorsqu'il est utilisé. Cette valeur par défaut évolue selon les types de mission et leurs paramètres. Les plus gros appareils consomment plus de carburant.

Statistiques de combat

  • Défense aérienne : quantité de dégâts qu'un avion peut subir avant d'être abattu.
  • Attaque aérienne : quantité de dégâts que l'avion peut infliger à un autre appareil. Une valeur élevée peut compenser les effets de la supériorité aérienne ennemie.
  • Agilité : la manœuvrabilité d'un avion détermine à la fois ses chances de toucher un ennemi et d'éviter d'être lui-même atteint. Lorsque deux avions s'affrontent, le plus agile pourra utiliser une plus grande part de son attaque aérienne. Inversement, un avion touché par un autre d'agilité inférieure pourra subir 45% de dégâts en moins.
  • Attaque navale : quantité de dégâts pouvant être infligés à un navire.
  • Ciblage naval : probabilité pour un avion de toucher un navire. Plus cette valeur est élevée, plus un bombardier naval sera susceptible de toucher les navires ennemis.
  • Attaque au sol : quantités de dégâts que l'avion inflige aux troupes ennemies lorsqu'il aide durant un combat terrestre.
  • Bombardement stratégique : quantité de dégâts que l'avion peut infliger aux bâtiments ennemis lors d'un bombardement stratégique.

Variantes

Article principal : Variante
Création d'une variante de bombardier stratégique à portée améliorée : pour combler le malus de fiabilité (qui passe normalement de 80 à 40 %), cinq points ont également été apportés dans ce domaine.

Il est possible de créer des variantes des différents modèles d'avion, en échange de points d'expérience aérienne. Ces variantes permettent d'améliorer le rayon d'action, les moteurs, la puissance des armes et la fiabilité, ce qui donne des bonus variant selon le type d'appareil. Souvent, l'amélioration d'une caractéristique diminue la fiabilité de l'appareil, et des points supplémentaires doivent être dépensés pour compenser cette perte.

Créer une variante permet de développer des appareils conçus pour répondre aux enjeux spécifiques au pays joué. Il peut s'agir, par exemple, de renforcer nettement la portée des bombardiers stratégiques américains pour atteindre le Japon de plus loin, ou celle des chasseurs lourds pour leur permettre de réaliser des missions d'escorte à plus longue distance...

Utilité des différents types d'appareils

Chasseurs et chasseurs lourds peuvent sembler avoir le même intérêt et la même utilisation. Cependant, leur usage diffère en réalité. Peu coûteux, les chasseurs légers peuvent permettre d'assurer la défense du territoire contre les avions ennemis, et peuvent servir à acquérir la supériorité aérienne sur les fronts voisins. Ils sont en revanche pénalisés par leur faible portée, qui peut les empêcher de servir efficacement sur les plus grandes zones, notamment pour les modèles les plus anciens. À l'inverse, les chasseurs lourds sont vulnérables face aux autres chasseurs, mais redoutables contre les bombardiers. Leur portée supérieure les rend également très utiles pour des missions d'escorte, par exemple pour bombarder l'Allemagne depuis le Royaume-Uni.

Les bombardiers tactiques sont souvent mal-aimés, car ils cumulent les fonctions des avions d'appui aérien rapproché et des bombardiers stratégiques, tout en étant moins efficaces. Cette non-spécialisation peut cependant en faire des outils très utiles pour les puissances industrielles moins développées : produire des bombardiers tactiques est moins coûteux que de produire en même temps les deux types d'appareils spécialisés. Par ailleurs, leur portée supérieure aux avions d'appui aérien rapproché les rend plus utiles dans les vastes zones, où ils subissent une pénalité moindre.