Unités navales

De Hearts of Iron 4 FR Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page décrit les mécanismes directement associés aux unités navales
Pour les mécanismes de combat naval, consultez la page Guerre navale.

Arbre des différentes technologies navales : modèle standard. Selon les pays, notamment pour les pays importants, les noms peuvent varier.

Cet article décrit les différentes unités navales, ainsi que les statistiques correspondantes. Ces unités se développent en recherchant de nouvelles technologies navales, et participent toutes à la guerre sur mer. On les répartit entre les navires d'escorte, légers et peu coûteux, les navires capitaux, puissants mais chers, les porte-avions, radicaux à distance mais vulnérables, et les sous-marins, idéaux pour attaquer les convois ennemis. Chaque navire dispose de ses atouts et faiblesses, exposées dans ses statistiques. Grâce à de l'expérience navale, il est possible de créer des variantes de chaque navire.

Types

Navires d'escorte/écran

Les navires d'escorte, ou navires-écran (screens) sont des navires de petite taille et peu coûteux dont le but est d'assaillir les navires capitaux ennemis sous le nombre, mais aussi d'éliminer sous-marins et avions. Ils sont en effet armés, outre leurs canons, de torpilles et de grenades anti-sous-marins. On trouve deux types de navires d'escorte : les destroyers et les croiseurs légers.

  • Destroyers (DD) : Bon marché, rapides et non blindés, les destroyers sont excellents contre les sous-marins et possèdent des canons antiaériens efficaces malgré leur taille. Ils peuvent lancer des torpilles en un clin d'œil.
Modèle Année Détection de
surface
Détection
sous-marine
Visibilité de
surface
Portée de
tir
Évasion Attaque des
torpilles
Grenades ASM Puissance de feu
navale
Emprise à quai Anti-aérien Vitesse max Portée max PV Perforation Fiabilité Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par usine
Destroyer I 1922 20,0 50,0 10,0 14,0 70,0 3,0 10,0 1,0 1 1,5 33 nds 1 500 km 25 1,0 80% 250 900 1 Pétrole 2 Acier
Destroyer II 1936 25,0 60,0 10,0 15,0 80,0 6,0 13,0 2,5 1 2 36 nds 1 800 km 40 2,0 85% 325 990 1 Pétrole 3 Acier
Destroyer III 1940 45,0 100,0 10,0 16,0 88,0 7,0 16,0 3,5 1 4,5 38 nds 2 000 km 50 2,5 90% 400 1 080 2 Pétrole 3 Acier
Destroyer IV 1944 55,0 140,0 10,0 17,0 95,0 8,0 20,0 4 1 5 38 nds 2 500 km 60 2,5 92% 500 1 200 2 Pétrole 4 Acier 1 Chrome
  • Croiseurs légers (CL) : Plus gros et plus coûteux que les destroyers, les croiseurs légers sont moins efficaces contre les sous-marins, mais plus performants face à des cibles de surface et contre des avions.
Modèle Année Détection de
surface
Détection
sous-marine
Visibilité de
surface
Portée de
tir
Évasion Attaque des
torpilles
Grenades ASM Puissance de feu
navale
Emprise à quai Anti-aérien Vitesse max Portée max PV Blindage Perforation Fiabilité Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par usine
Croiseur léger I 1922 15,0 20,0 15,0 18,0 50,0 5,0 2,0 6,0 1 3,0 28 nds 2 400 km 100 5,0 5,5 80% 600 3 100 1 Pétrole 2 Acier
Croiseur léger II 1936 20,0 25,0 15,0 19,0 60,0 8,0 5,0 8,0 1 8,0 30 nds 3 000 km 120 6,0 7,0 85% 800 3 400 1 Pétrole 3 Acier
Croiseur léger III 1940 50,0 50,0 15,0 20,0 68,0 9,0 6,0 9,0 1 14,0 32 nds 4 000 km 140 7,0 8,0 90% 960 3 700 2 Pétrole 3 Acier
Croiseur léger IV 1944 70,0 60,0 15,0 24,0 75,0 10,0 8,0 11,0 1 17,0 34 nds 4 500 km 160 7,0 9,0 92% 1 140 4 000 2 Pétrole 4 Acier 1 Chrome

Navires capitaux

Les navires capitaux sont l'ossature d'une flotte : coûteux mais puissants, ils sont chargés de démolir les flottes ennemies à distance. Ils sont en revanche vulnérables aux torpilles et aux attaques aériennes, aussi vaut-il mieux les faire escorter par de nombreux destroyers et croiseurs légers. Ces navires sont également capables d'effectuer des bombardements côtiers pour aider les troupes au sol.

  • Croiseurs lourds (CA) : les croiseurs lourds sont les plus petits et les moins coûteux des navires amiraux, et offrent un bon choix pour les flottes de petite ampleur. Avec une puissance de feu et un blindage bien supérieure aux navires légers, tout en étant plus rapides que les navires lourds, ils sont efficaces pour frapper les navires d'escorte.
Modèle Année Détection de
surface
Détection
sous-marine
Visibilité de
surface
Bombardement côtier Portée de
tir
Évasion Puissance de feu
navale
Emprise à quai Anti-aérien Vitesse max Portée max PV Blindage Perforation Fiabilité Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par chantier
Croiseur lourd I 1922 12,0 5,0 20,0 3,0 24,0 20,0 10,0 1 6,0 24 nds 3 000 km 150 9,0 11,0 80% 1 500 4 200 1 Pétrole 3 Acier
Croiseur lourd II 1936 15,0 5,0 20,0 4,0 25,0 25,0 14,0 1 8,0 30 nds 4 000 km 175 11,0 12,0 85% 1 700 4 600 1 Pétrole 4 Acier
Croiseur lourd III 1940 25,0 5,0 20,0 5,0 26,0 28,0 17,0 1 12,0 33 nds 4 500 km 200 12,0 13,0 90% 1 900 5 000 2 Pétrole 4 Acier
Croiseur lourd IV 1944 40,0 5,0 20,0 6,0 27,0 30,0 20,0 1 18,0 33 nds 5 000 km 225 13,0 14,0 92% 2 200 5 400 2 Pétrole 5 Acier 1 Chrome
  • Croiseurs de bataille (BC) : légèrement moins chers que les cuirassés, ils sont moins blindés mais plus rapides qu'eux. Ils sont également nettement plus efficaces (et chers) que les croiseurs lourds.
Modèle Année Détection de
surface
Détection
sous-marine
Visibilité de
surface
Bombardement côtier Portée de
tir
Évasion Puissance de feu
navale
Emprise à quai Anti-aérien Vitesse max Portée max PV Blindage Perforation Fiabilité Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par chantier
Croiseur de bataille I 1922 12,0 5,0 25,0 8,0 32,0 15,0 16,0 1,5 5,0 28 nds 3 000 km 350 23,0 30,0 80% 3 500 7 500 1 Pétrole 3 Acier 1 Chrome
Croiseur de bataille II 1940 25,0 5,0 25,0 10,0 33,0 20,0 21,0 1,5 10,0 32 nds 5 000 km 400 30,0 37,0 90% 4 000 8 000 1 Pétrole 4 Acier 1 Chrome
  • Cuirassés (BB) : Coûteux et lents, ces navires sont protégés par un blindage puissant et par des canons dévastateurs. Ils forment le cœur d'une bonne marine, mais doivent être bien protégés.
Modèle Année Détection de
surface
Détection
sous-marine
Visibilité de
surface
Bombardement côtier Portée de
tir
Évasion Puissance de feu
navale
Emprise à quai Anti-aérien Vitesse max Portée max PV Blindage Perforation Fiabilité Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par chantier
Cuirassé I 1922 12,0 5,0 30,0 10,0 32,0 10,0 18,0 2 4,0 20 nds 3 000 km 350 26,0 31,0 80% 6 000 9 600 1 Pétrole 3 Acier 1 Chrome
Cuirassé II 1936 15,0 5,0 30,0 12,0 33,0 12,0 22,0 2 10,0 26 nds 4 000 km 450 32,0 36,0 85% 6 600 10 400 2 Pétrole 3 Acier 1 Chrome
Cuirassé III 1940 25,0 5,0 30,0 12,0 34,0 16,0 26,0 2 13,0 28 nds 5 000 km 500 37,0 40,0 90% 7 000 11 200 2 Pétrole 4 Acier 2 Chrome
Cuirassé IV 1944 40,0 5,0 30,0 15,0 35,0 20,0 30,0 2 22,0 30 nds 6 000 km 550 40,0 43,0 92% 7 400 12 000 2 Pétrole 5 Acier 3 Chrome
  • Cuirassés lourds (SHBB) : ces monstres des mers sont de loin les plus coûteux des navires de la période et ne peuvent être produits que par les pays les plus industrialisés. Leur armement et leur blindage en font cependant des navires presque imbattables, si leur prix n'est pas un problème.
Modèle Année Détection de
surface
Détection
sous-marine
Visibilité de
surface
Bombardement côtier Portée de
tir
Évasion Puissance de feu
navale
Emprise à quai Anti-aérien Vitesse max Portée max PV Blindage Perforation Fiabilité Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par chantier
Cuirassé lourd I 1936 14,0 5,0 30,0 16,0 38,0 12,0 32,0 4 12,0 36 nds 4 000 km 600 47,0 50,0 85% 9 000 18 500 2 Pétrole 4 Acier 1 Chrome
Cuirassé lourd II 1944 25,0 5,0 30,0 20,0 38,0 14,0 36,0 4 14,0 28 nds 4 500 km 800 58,0 61,0 90% 10 000 23 000 2 Pétrole 5 Acier 3 Chrome

Porte-avions

Les Porte-avions (CV) sont les nouveaux maîtres des mers dans la guerre moderne. Leurs appareils sont capables de frapper les flottes ennemies à distance et même de servir d'aérodrome flottant pour aider aux opérations au sol. Ils sont cependant extrêmement vulnérables en combat rapproché et doivent absolument être escortés, sans quoi les flottes ennemies n'en feront qu'une bouchée. Par ailleurs, au-delà de quatre porte-avions dans un même groupe, les appareils subissent des pénalités, le ciel étant trop encombré.

Modèle Année Détection de
surface
Détection
sous-marine
Visibilité de
surface
Portée de
tir
Évasion Puissance de feu
navale
Emprise à quai Anti-aérien Vitesse max Portée max PV Blindage Fiabilité Superf.
pont d'envol
Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par chantier
Porte-avions I 1922 10,0 5,0 30,0 14,0 8,0 1,0 2 8,0 26 nds 3 000 km 250 7,0 70% 45 4 500 8 750 1 Pétrole 3 Acier 1 Chrome
Porte-avions II 1936 10,0 5,0 30,0 15,0 10,0 1,0 2 10,0 28 nds 4 000 km 325 9,0 80% 55 5 000 9 500 1 Pétrole 4 Acier 1 Chrome
Porte-avions III 1940 20,0 5,0 30,0 16,0 12,0 2,0 2 12,0 30 nds 5 000 km 350 11,0 85% 70 5 500 10 250 2 Pétrole 4 Acier 2 Chrome
Porte-avions IV 1944 30,0 5,0 30,0 17,0 14,0 2,0 2 14,0 32 nds 6 000 km 400 13,0 90% 85 6 000 11 000 2 Pétrole 5 Acier 2 Chrome

Autres

  • Convois : Non affichés sur la carte, les convois transportent des troupes, du ravitaillement et des ressources par voie maritime. Ils n'ont aucune défense contre les navires de guerre ennemis et doivent être accompagnés d'une escorte en temps de guerre.
  • Sous-marins (SS) : Petits, lents et discrets, les sous-marins sont d'une efficacité redoutable en matière d'attaques surprises contre des convois sans escorte et contre des navires capitaux mal protégés. Peu coûteux, ils peuvent être produits en masse, même pour des pays n'ayant pas de nombreux chantiers navals.
Modèle Année Détection de
surface
Visibilité de
surface
Visibilité sous-marine Portée de
tir
Évasion Attaque des
torpilles
Emprise à quai Anti-aérien Vitesse max Portée max PV Fiabilité Main d’œuvre Coût de
production
Ressources
par usine
Sous-marin I 1922 30,0 1,0 30,0 6,0 25,0 10,0 0,5 0,5 14 nds 2 500 km 10 60% 200 450 1 Pétrole 1 Acier
Sous-marin II 1936 40,0 1,0 25,0 7,0 35,0 16,0 0,5 1,0 14 nds 4 000 km 20 70% 200 500 1 Pétrole 2 Acier
Sous-marin III 1940 50,0 1,0 15,0 8,0 40,0 20,0 0,5 1,5 16 nds 5 000 km 30 75% 200 550 2 Pétrole 2 Acier
Sous-marin IV 1944 70,0 1,0 10,0 9,0 50,0 24,0 0,5 1,5 16 nds 6 000 km 35 80% 200 600 2 Pétrole 3 Acier 1 Chrome

Explication des statistiques

Les statistiques d'un sous-marin non-modifié de niveau I.

Les statistiques d'un navire peuvent être examinées en sélectionnant sa flotte puis en cliquant sur son icône.

Statistiques de base

  • Vitesse max : Une bonne vitesse permet à un navire de s'approcher plus rapidement de sa cible, de rejoindre plus vite un combat ou, inversement, de s'échapper plus rapidement s'il est poursuivi.
  • Portée max : La portée maximale détermine le rayon d'action du navire ou de sa flotte depuis la base alliée la plus proche. Une portée accrue peut être importante dans des zones vastes comme le Pacifique.
  • Evasion : cette valeur détermine la chance d'esquiver les tirs ennemis (ou, inversement, de toucher au but). Avoir une valeur d'évasion plus élevée que la cible permet d'accroître les chances de la frapper, et, inversement, avoir une valeur plus élevée que le navire attaquant augmente les chances d'éviter ses tirs.
  • Organisation : comme pour les divisions, les navires disposent d'une barre d'organisation qui se régénère progressivement jusqu'à son maximum. Un navire sans organisation ne peut pas combattre.
  • PV : nombre de dégâts que peut subir l'unité avant d'être détruite.
  • Fiabilité : une fiabilité basse augmente les risques d'accidents ou d'explosion en cas de choc.

Statistiques de combat

  • Puissance de feu navale : détermine la taille des trous faits aux navires ennemis.
  • Attaque des torpilles : détermine les dégâts infligés par les torpilles aux navires ennemis.
  • Grenades ASM : détermine la puissance des grenades utilisées contre les sous-marins.
  • Blindage : si cette valeur est supérieure à la valeur de perforation de l'éattaquant, elle limite les dégâts subis.
  • Perforation : une perforations supérieure au blindage ennemi permet de lui infliger des dégâts supplémentaires.
  • Portée de tir : détermine la portée de tir des principales armes du navire. Plus elle est grande, plus le navire peut tirer de loin. Avoir une portée supérieure à l'ennemi permet ainsi de le toucher sans prendre de risque.
  • Bombardement côtier : détermine la capacité à bombarder la province terrestre voisine de la province maritime où la flotte est stationnée, donnant un malus aux troupes ennemies qui s'y trouvent.
  • Anti-aérien : détermine la capacité à abattre les avions ennemis, et donc à résister à leurs attaques.

Statistiques diverses

  • Emprise à quai : détermine la place occupée par le navire par rapport à la capacité d'accueil de sa base. La capacité d'une base est de 10 par niveau.
  • Visibilité de surface : facilité qu'il y a à détecter le navire.
  • Détection de surface : capacité à détecter les navires ennemis.
  • Visibilité sous-marine : facilité qu'il y a à détecter le sous-marin lorsqu'il plonge.
  • Détection sous-marine : capacité à détecter les sous-marins ennemis.

Variantes

Article principal : Variante

Il est possible de dépenser l'expérience navale pour construire des variantes de chaque modèle de navire. Une variante peut fournir une bonne alternative si le modèle de niveau supérieur n'est pas encore recherché. Il est possible d'améliorer la fiabilité, l'armement, la vitesse, ou encore le blindage des navires. Cependant, améliorer une statistique en fait souvent baisser d'autres. Par exemple, un porte-avions au blindage amélioré pourra embarquer moins d'avions, et vice-versa.

Créer des variantes permet ainsi d'adapter les navires aux usages désirés.